Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Congrès de la Société de Philosophie des Sciences 2018 : Théorie et données à l’heure des données massives

4 juillet / 08:00 - 6 juillet / 17:00

Le VIIème congrès de la Société de Philosophie des Sciences se tiendra à Nantes du 4 au 6 juillet 2018. Le Congrès accueillera des intervenants sur tout thème de philosophie des sciences.

En outre, le thème du Congrès 2018 sera : Théorie et données à l’heure des données massives

Fin des soumissions : 1er février 2018
Soumission via le site web: https://congressps.sciencesconf.org/

Communication individuelle :
– En français ou en anglais
– Max. 1000 mots
– Sur le thème du congrès – Théories et données à l’heure des données massives – ou tout autre domaine de la philosophie des sciences.

Symposium (3 personnes):
– En français ou en anglais
– Max. 2000 mots en total
(~500 mots Introduction générale et ~500 mots par personne)
– Sur le thème du congrès – Théories et données à l’heure des données massives – ou tout autre domaine de la philosophie des sciences.

Notification des acceptations le 15 février 2018

Inscriptions à partir du 16 février 2018

Pour toute question, contacter Karine Le Jeune (karine.lejeune@univ-nantes.fr).

Tarif des inscriptions
Inscription standard : 80€
Inscription membre de la Société de philosophie des sciences : 30€
Inscription étudiant : 10€

Argumentaire

L’utilisation croissante des « données massives » dans de nombreux domaines scientifiques et techniques, depuis les sciences du climat jusqu’aux sciences de la santé en passant par l’exploitation des réseaux sociaux à des fins diverses d’explication, de prédiction ou de décision, soulève des questions nouvelles pour la philosophie des sciences. Qu’a-t-elle à dire de l’irruption des données massives dans tous ces champs ? En particulier, comment modifie-t-elle la pratique scientifique ?

Données massives et données. Qu’est-ce qui distingue les données « massives » des données en général ? La première question est peut-être de savoir s’il existe une masse critique de données à partir desquelles elles peuvent être dites « massives » et comment définir ce seuil, ou bien si c’est à cause d’une certaine manière de traiter un même corps de données qu’elles peuvent (ou non) être dites « massives ». On peut aussi se demander si la disponibilité d’une grande quantité de données a déclenché un changement dans la pensée scientifique, ou bien si la recherche d’une grande quantité de données a suivi un tel changement.

Données massives et algorithmes. Les données massives se caractérisent par une automatisation du traitement et par la constitution d’un ou plusieurs algorithme(s), notamment des algorithmes d’apprentissage. Qu’est-ce qu’un algorithme ? Quelles sont les potentialités et les limites de ces algorithmes ?

Intelligibilité et données massives. Quoique l’algorithme ne soit pas une nouveauté, sa généralisation, sa complexification et sa performance conduisent à s’interroger sur une mutation du rapport de la pensée scientifique à ses objets : moins direct, de supervision davantage que de vérification intégrale, ce rapport doit désormais compter avec la « boîte noire » d’un algorithme. Quel impact sur la nature de la pensée scientifique ? La science fait-elle désormais l’économie de théories ? Que signifie l’expression data-driven science ?

Qualité des données massives. La massification des données limite la possibilité de contre-vérification ou de croisement. Est-ce que leur grande quantité compense l’inévitable problème de la qualité des données massives, ou bien n’obtient-on en sortie du traitement que la qualité même des données entrées, selon le principe : garbage in – garbage out ? Qu’est-ce que le passage aux données massives change au régime de la preuve dans les différentes sciences ?

Structure et conservation des bases de données. Au-delà de la question de l’information retenue dans une base de données, se pose aussi la question de la structuration de cette information : quelle ontologie pour les données massives ? Comment se font et comment devraient se faire les choix de standards ? Comment exploiter des données structurées de manières différentes ? Se posent aussi des question de conservation, notamment, comment se conservent les données face à la menace d’obsolescence du format dans lequel elles sont conservées (changement de logiciels ou de version de logiciels) ?

 

Conférenciers invités

Serge Abiteboul (INRIA, ENS Paris)
Les sciences questionnées par le numérique

Anouk Barberousse (Paris IV, Sorbonne)
Les bases de données de la biodiversité

Sonia Desmoulin-Canselier (DCS, CNRS, Université de Nantes)
L’évaluation à l’ère de la médecine des données

Sabina Leonelli (Egenis, Exeter University)
Research in the age of big and open data

Marco Panza (IHPST, CNRS, Université Paris 1)
Understanding science without understanding

 

Congrès organisé avec le soutien du programme DataSanté (https://bigdatamed.hypotheses.org/), porté par le Centre François Viète d’histoire des sciences et des techniques de l’université de Nantes et hébergé par la MSH-Ange Guépin.

 

Comité scientifique

Daniel Andler
Anouk Barberousse
Denis Bonnay
Jean-Paul Delahaye
Isabelle Drouet
Denis Forest
Alexandre Guay
Xavier Guchet
Paul Humphreys
Philippe Huneman
Cyrille Imbert
Vincent Israel-Jost
Maël Lemoine
Pierre-Michel Menger
Francesca Merlin
Pierre-Olivier Méthot
Marco Panza
Cédric Paternotte
Carlo Ratti
Christian Sachse
Jonathan Sholl
Cristian Saborido
Stéphane Tirard
Franck Varenne
Marion Vorms

 

Coordination
Karine Le Jeune
Maël Lemoine
Stéphane Tirard

Détails

Début :
4 juillet / 08:00
Fin :
6 juillet / 17:00
Catégorie d’Évènement:
Site Web :
https://congressps.sciencesconf.org/

Organisateur

Site Web :
http://www.sps-philoscience.org/

Lieu

Faculté des Sciences et des Techniques
2 Chemin de la Houssinière
Nantes, 44300 France
+ Google Map